Mairie de Clarensac
accueil Mairie de Clarensac Vontactez la Mairie de Clarensac

Course camarguaise

4665_raseteurs.jpg

C'est un sport dans lequel les participants tentent d'attraper des attributs primés et fixés au frontal et aux cornes d'un boeuf appelé cocardier ou biòu (boeuf en provençal), mais auquel on confère parfois la dignité de taureau en l'appelant : taureau cocardier. Ce jeu sportif, sans mise à mort, se distingue de la course andalouse.

Les attributs : la cocarde, les glands et les ficelles.

L' "abrivado" précède la course, c'est l'arrivée dans les arènes des taureaux en provenance des prés, accompagnés à cheval par les gardians de la manade. Leur retour aux prés après la course dans les mêmes conditions est appelé la "bandido". Le but des gardians, chevaux et taureaux est de rester groupés "emmaillés", le but des gens dans la rue "attrapaïres" est de détourner les taureaux et défaire leur bel ordre de marche.

Le déroulement de la course
Dans l'arène, la course commence par une capelado qui est l'équivalent du paseo de la corrida. Le défilé a lieu sur l'air d'ouverture de Carmen répartis en deux files sans ordre préliminaire ; le défilé des raseteurs se termine avec le salut à la présidence.

Aprés avoir laissé une minute de répit au cocardier pour s'habituer à l'arène, les raseteurs entament le début de leur "attaque" qui se fait, comme eur nom l'indique avec un raset. Chaque cocardier est travaillé par un groupe de raseteurs indépendants les uns des autres et assistés de tourneurs.

Les raseteurs défient le taureau afin d'aller chercher sur ses cornes des attributs à l'aide d'un crochet.
Cocarde, glands et ficelles sont des trophées qui rapportent des points permettant de déterminer le meilleur des raseteurs dans les différentes manifestations de chaque catégorie : trophée de l'Avenir, trophée des Raseteurs, trophée des As.
Le barème est trés précis : la valeur de l'attribut augumente au fil du déroulement de la course.

Après la course, le taureau regagne ses prés et ses congénères, physiquement intact.
C'est la bandido, qui est une abrivado dans le sens inverse. A Clarensac, les taureaux rentrent aux prés par l'intermédiaire du char (camion à bestiaux).

À bèn lèu,